Virtually Important Person

Tout le monde rêve d'être une idole virtuelle, de nos jours~ Serez-vous la prochaine!
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast

Aller en bas 
AuteurMessage

Admin accro aux ananas

avatar
I am
Messages : 72
Followers : 379
Date d'inscription : 05/08/2018
Age : 22
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Cheongdam (층담)
Emploi/études : Étudiant à la K.Arts, modèle, barman et danseur


MessageSujet: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 17:52


Piyada Samran
Feat Ten (NCT)

Informations

Nom : Piyada
Prénom : Samran, prénom qui veut dire « joie », puisqu'il était la seconde joie de ses parents.
Surnom : Sam, Sammy, Samsam, le petit, etc.
Âge et date de naissance : 22 ans, le 27 février
Lieu de naissance : Bangkok, en Thaïlande
Etudes, métiers : Étudiant boursier à la K.Arts, il étudie la danse. Il fait aussi partie d'une troupe et danse à l'occasion pour les vidéos YouTube de Bora. Afin de mettre de l'argent de côté et tenter de vivre un peu mieux que sa bourse ne le lui permettrait, il pose comme modèle pour des cours d'arts plastiques et de dessins, mais est aussi barman au 0 mile, les mercredis et jeudis soirs.
Statut civil : Célibataire
Orientation sexuelle : Queer
Célébrité sur l'avatar : Ten Chittaphon Leechaiyapornkul (NCT)
Signe(s) distinctif(s) : Il a 11 piercings
Groupe : Not for me

Anecdotes :
1 ) Samran ne supporte pas la solitude. Il déteste absolument être seul, il s'arrange donc pour toujours être avec quelqu'un ou avoir au minimum de la musique. La musique est la seule chose qui semble pouvoir le calmer et le combler, s'il se retrouve avec lui-même.
2 ) Il est déjà sorti avec une jeune femme, plus vieille que lui, qui était asexuelle. Il nourrissait des sentiments tendres et affectueux à son égard, mais pas de désirs sexuels, chose qui était donc parfaite pour eux deux. Leur relation était purement platonique et basée sur leur affection réciproque, Samran pouvait avoir des aventures pour combler ses désirs de nature sexuelle, tant qu'il n'y avait pas de sentiments amoureux pour ses partenaires. Elle n'aimait pas être embrassée non plus, donc, leur relation était très platonique et cela convenait parfaitement au jeune homme. La relation ne dura que quelques mois, puisque la jeune femme quitta la ville, étant promue ailleurs.
3 ) Samran n'a jamais eu à faire de coming-out. Sa tante s'en doutait déjà et étant danseuse dans une troupe depuis des années, elle avait déjà plus que l'habitude de côtoyer des gens de la communauté LGBTQ+.
4 ) Il aimait beaucoup danser, de base, mais sa passion s'est furieusement développée lors de son arrivée à Las Séoul. Il avait l'impression que c'était la seule chose qui pouvait venir engourdir son âme tourmentée.
5 ) Le petit thaïlandais n'a jamais été intéressé ou attiré par quelqu'un de plus jeune que lui, ni de son âge. Il a toujours préféré les personnes plus âgées, bien que les raisons expliquant cela lui échappent totalement.
6 ) Il est pire qu'une princesse caractérielle lorsqu'il tombe malade et exagère, agissant comme si un simple petit rhume était la fin du monde. Il demande beaucoup d'attention dans ces moments, il est donc bienheureux qu'il dorme énormément lorsque malade.
7 ) Il a absolument peur des voitures et n'arrive pas à ne serait-ce que s'asseoir dans l'une d'elle depuis l'accident. Sa peur ne l'empêche toutefois pas de prendre les transports en commun, étonnamment. Il lui est impossible de prendre un taxi ou aller quelque part en voiture, mais il prend le métro ou le bus, bien qu'il préfère limiter son utilisation de l'autobus.
8 ) Il sait parler le langage des signes puisque sa grande soeur était née muette. D'ailleurs, ses parents s'inquiétaient qu'il ne devienne sourd puisqu'il avait constamment des problèmes aux oreilles, durant sa petite enfance. Heureusement, ça lui a passé.
9 ) Samran manque très sûrement de pudeur, n'en ayant pour ainsi dire aucune. Il a cette ''mauvaise'' habitude d'aller faire du skinny dipping... n'importe où avec ses amis. Piscine privée d'une personne qui semble absente, piscine publique fermée, mer, rivière... Il évite juste la pataugeuse, cela dit.
10 ) Il s'est réveillé, une fois, au sommet d'une grande roue, sans souvenirs de comment il était arrivé là. Il n'avait plus de pantalon, juste un boxer aux couleurs très vives qui... n'était pas le sien ? Samran n'était d'ailleurs pas seul, il avait un compagnon d'aventure, qui lui était inconnu, aussi peu vêtu que lui et il y avait un ananas à leurs pieds. Ni l'un ni l'autre ne se rappelle de comment ils en sont arrivés là, seulement que rentrer chez soi fut... une autre expérience plutôt drôle. Heureusement pour Samran, Li Ming est venu le chercher avec des vêtements. Il est resté en contact avec cette drôle de rencontre et est même sorti avec lui, quelques mois.
11 ) Il ne s'est JAMAIS habitué à l'hiver, ne comprenant pas comment la planète peut être aussi froide alors qu'elle est si chaude, en été.



Caractère

Ambitieux

Trop perfectionniste

Dévoué

Frôle la dépendance affective

Passionné

Impatient

Tenace

Obstiné


Outre sa phobie paralysante des voitures, ses plus grandes peurs sont probablement celles d'être seul, de mourir seul ou d'être abandonné, laissé derrière... C'est à cause de ces phobies envahissantes qu'il s'attache facilement aux autres, souvent trop rapidement. Son tempérament frôle la dépendance, puisqu'il ressent ce besoin constant d'être rassuré par la présence d'une autre personne. S'il n'y a personne, il se mettra de la musique, en général, ou au minimum un film. Entendre des voix et du bruit le rassure, cela vient remplir le vide qui l'entoure et qui l'étouffe. Fuyant la solitude par tous les moyens possibles, Samran a enchaîné les relations longues et courtes. Et ce, même si sa première relation amoureuse est loin de s'être... nettement et gentiment terminée. Il n'y a rien compris et en a d'ailleurs énormément souffert, vivant ses pires phobies. Il a tendance à préférer être mal accompagné que seul, c'est vrai, mais comme il peut toujours compter sur son meilleur ami ou sur Li Ming, le thaïlandais réussit à se fixer un minimum de critères avant de s'engager et ne sortira donc pas avec le premier venu.

Samran n'a pas peur du travail, passant davantage de temps à le faire qu'à dormir. Il a un peu peur de ne jamais se réveiller, donc, il s'occupe au maximum et repousse toujours au plus loin possible l'heure de se coucher. Cela dit, il ne l'admettra pas facilement, prétextant qu'il doit perfectionner ce bout de chorégraphie, qu'il peut travailler encore un peu, malgré l'heure, puisqu'il doit économiser... Il angoisse et panique à l'idée de monter dans une voiture, chose qui fait qu'il a complètement abandonné le projet. Il préfère éviter de détailler le pourquoi du comment, se limitant à : « Mes parents et ma soeur sont morts dans un accident de voiture. ». Pour cette raison, il envisage de passer un permis de moto. Il fait pas mal de skate et utilise les transports en commun, mais devoir dépendre des horaires de ces derniers est plutôt pénible.

Il est toujours présent pour ses proches, parfois... trop. Il a tellement peur qu'on ne l'abandonne ou qu'on ne disparaisse qu'il est prêt à tout pour que ses proches continuent de l'aimer. Un peu tête en l'air, il aime beaucoup trop s'amuser, voulant profiter au maximum de la vie. Lui qui a si peur de mourir sans avoir fait tout ce qu'il rêvait de faire, il a tendance à se retrouver dans toutes sortes d'histoires aussi, puisqu'il se dit qu'il pourrait regretter de ne pas l'avoir fait ! Il est très souriant et chaleureux, plus vivant et vif qu'une licorne sur l'acide, il est difficile de ne pas l'apprécier.

Derrière l'ordi

☆  Pseudo :Min You, Cookie, Yagami
☆ Age : Toujours le même
☆ RP depuis : trop longtemps :')
☆ Fréquence de connexion : Tous les jours sous un visage ou un autre
☆ Concernant le forum RPG : Je vous love ♥
☆ Autre chose à ajouter : J'espère que ce personnage vous plaira ♥
☆ Un dernier mot : Je suis trop schizo, je sais.



❁Codage par Fayrianna pour Virtually Important Person (V.I.P)


Dernière édition par Piyada Samran le Dim 12 Aoû - 17:34, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t160-piyada-samran-if-you-

Admin accro aux ananas

avatar
I am
Messages : 72
Followers : 379
Date d'inscription : 05/08/2018
Age : 22
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Cheongdam (층담)
Emploi/études : Étudiant à la K.Arts, modèle, barman et danseur


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 17:53


Piyada Samran


Mon histoire
Samran est né dans la belle grande ville de Bangkok. Non pas dans un hôpital, cela dit, non... Ça aurait été trop... commun ? Moderne ? Non, plutôt « froid » ? Oui, c'est ça. Les parents du petit étaient de gentils petits hippies. Ils n'ont jamais aimé la froideur de la vie moderne, combien la technologie a pris une place si importante dans la vie de tout le monde. Toutes ces personnes qui préfèrent se cacher dans ces histoires de réalité virtuelle plutôt que de profiter de la réalité qui s'offrait à eux. Le couple était heureux, rêveur, idéaliste... follement amoureux, et ce, depuis toujours. Samran avait aussi une grande sœur, Absorn. Elle aussi attendait son petit frère avec grand enthousiasme, les yeux brillants, mais un peu confuse et apeurée de voir ainsi sa maman crier. C'était une drôle d'expérience pour la petite fille de 5 ans que d'assister à la naissance de son petit frère ! C'était bizarre de voir sa mère, dans cette petite piscine, avec cette dame qui lui donnait des directives et son papa qui était derrière sa maman, à lui répéter qu'il était là, que ça irait bien, qu'elle devait pousser. Tous ces adultes parlaient de pousser, mais pousser quoi ? Absorn ne voyait pas ce qu'il y avait à pousser dans cette piscine. En plus, ses parents lui disaient toujours de ne pas pousser les autres ! Ils n'allaient pas se mettre ensemble pour pousser la pauvre dame !? Non, ce n'était définitivement pas le genre de ses parents. Ils ne mangeaient même pas de viande, disant qu'ils ne voyaient pas pourquoi la vie des animaux pouvaient ainsi être sacrifié pour la leur. En quoi étaient-ils plus importants que les animaux ? Contrairement à elle, Samran se fit entendre bien haut et fort, criant de tous ses petits poumons. Absorn en était bien surprise, un petit humain venait de sortir de sa mère ?! Il était... plein de sang, légèrement bleuté, il était tout sale et avait un cordon qui le reliait à sa maman ? La fillette regardait la scène, ne comprenant pas tout ce qui se passait. Elle ne comprenait pas du tout pourquoi les adultes disaient qu'il était mignon, à ses yeux, comme ça... il était plutôt dégoûtant. Elle grimaçait, le regardait de travers et se demandait si ce n'était pas un bébé extra-terrestre.

Une fois propre, on présenta le petit « Samran » à sa grande sœur. La petite le trouvait plus mignon, maintenant. Elle le signa d'ailleurs à ses parents, à défaut de pouvoir le dire à voix haute, puisqu'elle n'avait pas de voix, justement. Sa maman avait une drôle de tête, elle aussi, mais elle souriait et avait l'air heureuse. Tout comme son papa. Absorn était donc contente, tout comme eux. La petite famille s'agrandissait, dans cette piscine au milieu du salon minuscule de cette dame qui avait aidé sa mère à accoucher. Sam n'avait pas de grands-parents, les parents de ses parents étant morts depuis plusieurs années déjà. Il avait cependant une adorable tante, Sumalee, la petite sœur de sa mère, une danseuse ambitieuse et pleine de rêves. En dehors de ses parents et sa sœur, elle était sa seule famille. Samran n'eut cependant pas le bonheur de bien la connaître, puisqu'elle quitta Bangkok pour aller à Las Séoul, alors qu'il avait trois ans. Le petit vivait heureux avec ses parents et sa sœur. La famille Piyada était nomade, vivant dans leur petite caravane, ils traversaient le pays. La mère jouait les enseignantes, le père prenait les petits boulots qu'on lui offrait. Ils n'étaient pas riches, mais ils étaient heureux et ne manquaient de rien. Samran ne souffrait pas de ne pas avoir d'amis de son âge, adorant sa grande sœur qui aimait bien l'embêter mais qui nourrissait tout autant de sentiments tendres à son égard. Il ne voyait pas en quoi leur mode de vie était bizarre, il trouvait ça tout à fait normal ! Même qu'il était le premier à se réjouir d'aller visiter une nouvelle ville ! Il était toujours curieux de ce qui allait découvrir. Sa vie était douce et sans soucis, Absorn et lui pensaient que la vie était un magnifique cadeau et qu'il fallait le savourer. Les deux enfants prenaient leurs parents comme des modèles et enviaient leur histoire d'amour si débordant. Ils étaient loin de se douter que leurs parents étaient rongés par les inquiétudes, la peur du lendemain incertain et que, n'arrivant plus à trouver de travail, ils avaient envisagé l'impensable.

Samran pensait qu'il montait dans la voiture comme toutes les autres fois, simplement pour aller visiter une nouvelle ville. Les parents étaient un peu … étranges, plus affectueux encore qu'à l'habitude, la voix légèrement tremblante, les yeux humides. Ils couvraient leurs enfants de baisers et leur promettaient que là où ils allaient, tout serait magnifique et qu'ils y seraient plus heureux que jamais. Absorn et Samran signaient joyeusement, essayant de deviner où ils allaient. Ils dansaient joyeusement, attachés à l'arrière de la voiture, insouciants et naïfs. Mais comment ces enfants auraient pu savoir ce qui les attendaient ? Comment qui que ce soit aurait pu le savoir ? Ils étaient sur la route, le petit riait à gorge déployée avec sa sœur qui souriait de toutes ses dents, quand... Sam ne saurait même pas expliqué ce qui c'est passé. Tout est allé tellement vite. Il ne se rappelle que des sensations, des cris, des bruits de vitre qui explose, de métal qui se fracasse, puis ces douleurs dans son corps, le sang, la peur, la terreur... puis, plus rien. Samran et Absorn étaient dans les bras de l'autre, lorsque les secours arrivèrent, s'enlaçant fermement. Il fut quelque peu difficile et délicat de les séparer, mais ils y arrivèrent. Les parents étaient morts sur le coup. Les deux enfants étaient dans un état critique, la jeune adolescente étant encore pire que lui. Samran n'avait que 9 ans, Absorn en avait 14. La vie était sensée leur sourire et leur ouvrir grand les bras, pas s'arrêter ainsi... Les médecins firent tout ce qui était en leur pouvoir pour les sauver et les soigner. Sumalee prit le premier avion qu'elle put, dès qu'elle apprit la nouvelle et vint au chevet de sa nièce et son neveu qui étaient tous deux inconscients.

Absorn succomba à ses blessures après trois mois. Les médecins avaient eu de l'espoir, mais n'avaient pas osé complètement se voiler la face pour autant. Le petit Samran allait revenir à un monde où il ne verrait plus jamais ces visages familiers qu'il aimait tant... s'il se réveillait. Ses parents étaient morts, sa sœur avait perdu son combat, la veille de son quinzième anniversaire. Cette troisième perte fut horrible pour Sumalee, qui perdait, elle aussi, sa famille. Il ne lui restait plus que ce neveu qu'elle n'avait pas vu en personne depuis environ 10 ans. Elle pouvait le reconnaître puisque sa sœur lui avait souvent envoyé des lettres, accompagnées de photos des enfants souriants. Ce n'est qu'après quatre longues années que le petit Samran trouva le courage ou la folie de finalement reprendre conscience. Son réveil était inattendu et inespéré, après toute cette attente. Évidemment, il était complètement confus, perdu, à l'ouest. Il se demandait où était son aînée, où étaient ses parents... où il se trouvait... C'était ça la nouvelle ville où ils seraient heureux ? Sûrement pas. Il ne se sentait pas bien, ça sentait bizarre, il avait des seringues dans les bras, un masque respirateur sur le visage... La peur grandissait à une vitesse incroyable en lui, les larmes lui montant aux yeux alors que la panique venait l'étrangler. Pourquoi personne ne lui disait où se trouvait sa famille ? Il fut à peine soulagé de revoir Sumalee, sa maman lui ayant souvent montré des photos de sa tante. C'était au moins une personne qu'il ''connaissait'' mais la dernière fois qu'il l'avait vu, il était si jeune... Samran s'était finalement réveillé, alors que sa tante était aux toilettes, donc, il avait eu quelques minutes seul, à ne pas comprendre. La danseuse n'avait pas osé rien lui dire, appelant immédiatement le personnel infirmier pour qu'on ne s'occupe de lui. Sumalee n'osait pas lui dire pour ses parents et Absorn, craignant que le choc ne soit trop grand pour lui. La jeune femme préférait attendre que les médecins ne lui disent qu'il n'était pas en danger...

Les larmes aux yeux, la panique en boule dans la gorge, Samran répétait ses questions et les signait aussi, utilisant tout ce qu'il pouvait pour tenter de se faire comprendre. On lui fit plusieurs tests médicaux, son état était stable, les dangers semblaient ne plus le menacer... On lui admit enfin la terrible vérité : il avait survécu à un accident de voiture, mais... ses parents y avaient perdu la vie et sa sœur avait fini par les rejoindre... Si Samran était encore en vie, ce devait être parce qu'ils veillaient sur lui, de là-haut et, maintenant, il allait vivre avec Sumalee. Le petit le voyait comme... une trahison, un abandon. Les êtres les plus chers à son petit cœur avaient quitté sans lui, ils avaient été à cette ville promise, tous les trois et l'avaient laissé derrière. Alors que, justement, Sam n'avait jamais connu qu'eux. Il n'avait pas d'amis d'enfance comme les autres enfants, pas de souvenirs importants avec d'autres gens qu'eux, sa vie n'avait toujours tourné... qu'autour d'eux. Comme si ce n'était pas suffisant, il apprit que le comas lui avait volé quatre longues années. Tout ce temps, toutes ces expériences, lui avaient été volé, jamais il ne les vivrait. Il n'avait plus 9 ans, mais bien 13 ans. Son corps était plus grand que dans ses souvenirs, son visage avait pris des traits qu'il reconnaissait sans reconnaître pour autant. Son reflet ne lui donnait pas l'image dont il se rappelait... Ses parents et Absorn l'avaient abandonné, décidant d'aller ensemble pour leur dernier voyage, sans l'attendre... Une trahison déjà difficile à supporter... mais son corps l'avait trahi en plus ? Il avait refusé de se réveiller, de se lever, de reprendre ses activités normales et avait préféré... dormir, pendant quatre longues années ?

Cet accident laissa à jamais d'importantes fractures et petites fêlures en lui. Ce n'est qu'après son réveil que Samran développa cette peur insensée de s'endormir. Même à l'hôpital, il commençait déjà à combattre le sommeil, craignant de ne se réveiller que des années plus tard encore... ou jamais. Il n'est donc pas étonnant de le voir tomber de fatigue, après avoir longuement combattu le sommeil. C'est aussi depuis l'accident qu'il a cette peur viscérale de se faire abandonner et que la solitude l'insupporte. Cette émotion étant sa seule compagne ou plutôt, sa torture quotidienne pendant son deuil, il n'arrive plus à être seul avec lui-même. Il a besoin de sentir une présence ou de savoir qu'il y a une autre personne près de lui, une personne qui ne disparaîtra pas et ne le laissera pas seul et désorienté. À l'hôpital, sa tante était toujours là, donc, ce n'est qu'une fois à Las Séoul que cette phobie se manifesta plus proprement. En effet, Sumalee ramena le jeune Samran avec lui, dès que son état de santé lui permit de voyager, il avait alors 14 ans. C'était tant de nouvelles choses pour lui... Un monde sans Absorn et ses parensts, une tante qu'il ne connaissait pas vraiment, un âge qu'il n'avait pas l'impression d'avoir, un pays et une ville qu'il n'avait jamais vu, une langue qu'il ne parlait pas, un mode de vie qu'il n'avait jamais connu... puisque Sumalee avait un appartement à elle et ne voyageait pas partout. Elle avait même inscrit le petit à l'école, lui à qui on avait toujours appris à la maison.

Les lourds changements soudains s'étaient tous passés le mot pour arriver au même moment, s'abattant sur le petit thaïlandais qui ne comprenait rien à sa vie. Sa tante se montrait toutefois adorable et d'un incroyable support, l'invitant à se joindre à sa troupe de danse, histoire qu'il ne soit pas seul à l'appartement pendant qu'elle allait s'entraîner. Puis, Sumalee pensait que c'était le meilleur moyen pour lui de vivre son deuil : s'occuper, faire quelque chose qui lui changeait les idées et lui permettait de s'exprimer sans se soucier de la barrière de langue. Samran avait cette fâcheuse tendance à se rabattre sur le langage des signes, lorsqu'il ne trouvait pas ses mots dans cette nouvelle langue qu'il tentait d'apprendre. Au moins, c'était plus compréhensible pour la plupart des gens que son thaïlandais maternel, mais tout de même. Le petit avait même réussi à glisser quelques mots et phrases en signe dans ces danses, se découvrant une passion pour cet art qui réussissait à l'éloigner, le temps d'un rythme, de ses douleurs. Son intégration dans la troupe se passa impeccablement bien, tout le monde était adorable et faisait de son mieux pour qu'il ne se sente mieux. Dong-Yul, le danseur âgé de trois ans de plus que lui et qui avait toujours été le plus jeune avant son arrivée, se montrait particulièrement gentil et attentionné avec Samran. Le plus jeune n'y voyait pas de mal, ni rien d'étrange, au début. Il était tellement mal qu'il prenait l'affection avec joie, sans se poser de questions ou se douter de quoique ce soit. Pour lui, Dong-Yul agissait comme un grand frère, comme une personne pleine de gentillesse pour le petit nouveau qui peinait à s'habituer à sa nouvelle vie. Prenant en compte le fait qu'ils étaient d'âge similaire et qu'ils s'entendaient bien, les deux jeunes adolescents furent jumelés pour les entraînements et faire un duo. À l'époque, Sam en était content et se sentait rassuré par sa présence.

À l'école aussi, son intégration se passait plutôt bien. C'était le jeune Ki-Ha qui avait été mis en charge de lui montrer l'école et son fonctionnement. Samran était un peu gêné, au début, intimidé par ce grand établissement, tous ces gens partout et cette barrière de langue qui renforçait son sentiment de solitude étouffant lorsqu'il devait se rendre en cours. Il n'aimait pas trop l'école, c'était trop différent de ce qu'il avait toujours connu et il avait l'impression de ne rien partager avec les autres. Il ne connaissait pas la langue, il ne connaissait pas les mœurs de Las Séoul et même s'il avait le même âge physique que les autres, dans sa tête, il avait 10 ans. Son corps avait grandi, mais avait oublié d'en informer le reste. Si Ki-Ha n'avait pas été là, Sam se serait fort probablement enfermé dans la danse et ne se serait pas trop intégré à son école. Le thaïlandais se demande souvent ce qu'il serait devenu, sans l'intervention quasi-divine de celui qui devint son meilleur ami. Puis, Samran a beau adoré le taquiner et le demander en mariage, à l'occasion, juste pour rire de ses réactions, il ne s'imagine pas du tout en couple avec lui. Son affection pour lui reste purement amical, Ki-Ha étant trop jeune pour réellement l'intéresser. Non, son cœur ne se décida à se manifester que lorsqu'il avait 15 ans. C'est tard ? Peut-être... peut-être pas. Sam ne pensait pas vraiment à ce genre de choses, avant, étant trop happé dans toutes les douleurs dans lesquelles il s'était réveillé. Ce n'est pas Dong-Yul qui suscita ces battements de cœur complètement hors contrôle et ces bouffées de chaleur inexpliquées, mais bien son tuteur. Il avait quatre ans de plus que lui, une personnalité qui impressionnait le plus jeune et un sourire qu'il espérait toujours voir. C'est pour tenter d'impressionner son tuteur que Samran se montra plus sérieux à propos de ses études et fit plus d'efforts pour mieux maîtriser la langue. Le danseur tenta même d'agir de manières plus matures pour avoir l'air plus... normal.. plus intéressant pour Han Sol qui venait sans cesse s'inviter dans ses rêves et rêveries éveillées.

C'est ainsi, grâce à la bienveillance de Sumalee, la danse, Dong-Yul, Ki-Ha et les autres amis qu'il réussit à se faire, mais aussi Han Sol, que Samran retrouva graduellement le sourire. Le moment où l'adolescent eut l'impression de vraiment revivre ce bonheur pur et innocent qui l'avait quitté depuis son réveil, fut cependant lorsqu'il trouva le courage de venir poser ses lèvres contre celles de son tuteur. C'était un geste sorti de nul part, Sam n'ayant jamais partagé ses sentiments au principal intéressé. Il n'avait jamais tenté de vraiment les cacher, mais il n'avait jamais été explicite pour autant. Encore aujourd'hui, il ne sait pas trop comment il en est arrivé là, mais, il s'était enfin senti... à sa place dans ce monde où on l'avait abandonné, complètement seul. Son plus grand bonheur fut suivi de sa plus grande joie, puisque oui, étonnamment, il survécut à la crise cardiaque qui l'avait dangereusement menacé. Pour d'obscures raisons que l'adolescent ignorait, son tuteur partageait ses sentiments et ils décidèrent donc de former un adorable couple. Sumalee ne s'en étonnait pas du tout et était même contente pour son neveu qu'elle n'avait jamais vu aussi heureux. Le reste de la troupe était aussi d'un grand support et le félicitait... sauf Dong-Yul. Lui ne dit rien, lançant plutôt des regards de travers à Han Sol, lorsque Sam ne regardait pas. Samran était plutôt naïf et ne voyait pas de quoi parlait son petit copain lorsqu'il disait que son partenaire de danse était trop envahissant, trop collant... qu'il avait probablement des sentiments pour lui. Pour le thaïlandais, leur relation avait toujours été ainsi, toujours la même, il le voyait comme un grand frère et pensait innocemment que son partenaire le voyait comme un petit frère. Ayant perdu sa grande sœur, récemment dans sa tête puisqu'il n'avait pas été conscient pendant les 4 premières années où Sumalee avait commencé à faire son deuil, Dong Yul avait un peu pris cette place fraternelle qui avait été laissé vacante. Le plus jeune rassurait son petit ami, de son mieux, à chaque fois lui rappelant qu'il n'aimait que lui. Il était sincère, son cœur ne battait vraiment que pour Han Sol et semblait aveugle aux charmes et attentions des autres.

Lorsque la jeune Li Ming se joignit à la troupe, Samran n'eut aucune difficulté à discuter avec elle. Même s'il en ressentit un léger pincement au cœur, en un sens, elle lui rappelait Absorn... Le thaïlandais lui admit d'ailleurs qu'elle lui rappelait son ange, ne soulignant pas qu'elle était malheureusement décédée. Sam parle à l'occasion de sa famille, mais omet souvent de dire le détail plutôt important : ils sont morts. Li Ming l'apprit sûrement des autres membres de la troupe, cela dit, l'histoire du petit n'étant un secret pour personne et aidant à le comprendre. Il aimait beaucoup danser avec elle et discuter avec elle, elle était différente, mais... Samran s'y était attaché sans se retenir. Sa seconde personnalité le surprit grandement, lui qui n'avait jamais rencontré quelqu'un comme ça et qui ne savait même pas que c'était possible. Il apprit cependant à l'apprécier aussi, se disant que c'était peut-être ainsi que Li Ming aurait évolué, si elle n'avait pas été blessée. Sans lui demander son avis, le petit danseur l'avait adopté et c'était avec une grande joie qu'il l'avait présenté à son petit ami. Dong-Yul grimaçait dans son coin, voyant d'un mauvais œil de possiblement se faire encore plus enlever son Samran. Plus le jeune danseur se rapprochait de la nouvelle danseuse, plus son partenaire de danse bouillonnait en silence. Dong-Yul continuait à sourire aux gens comme si de rien n'était, mais se faisait tranquillement plus envahissant. Samran le croisait plus souvent, au centre commercial, au petit café, dans la rue... Toujours par pure coïncidence et le thaïlandais n'y voyait rien d'étrange.

Un soir, une pratique qui s'était éternisée plus que d'ordinaire pour le duo, et pour cause... Samran n'arrivait pas à se concentrer, ayant trop hâte d'aller rejoindre Han Sol pour une soirée qu'ils avaient prévu depuis longtemps. Dong-Yul le tira contre lui, sans prévenir, et plaqua ses lèvres contre les siennes. Le danseur resta complètement immobile, les premières secondes, stupéfait et choqué. Il n'arrivait pas à croire que ça arrivait. Son partenaire ne le considérait pas de manières fraternelles ? Pourquoi faisait-il ça ? Ne savait-il pas que Samran était fou amoureux de Han Sol ? Pourquoi ? Non, il ne comprenait rien, mais dès qu'il se fut sensiblement remis de sa stupéfaction, il le repoussa sans ménagement et alla jusqu'à lui en mettre une droite. Certes, le plus jeune pouvait se montrer affectueux, mais il n'avait pas envie de l'être autant avec quelqu'un d'autre que son petit copain ! Et c'était tout ce qu'il y avait de plus évident au monde ! Du moins, selon Samran. Le thaïlandais le regarda de travers, secouant sa main endolorie par le coup qu'il venait de lui faire, puis parti sans un mot. Son amoureux devait l'attendre, il était sensé venir le rejoindre, mais... il n'était toujours pas arrivé. C'était bizarre. L'adolescent envoya plusieurs messages à son petit copain, attendit des heures, pour ne pas dire toute la nuit. Il finit par tenter d'aller voir chez Han Sol, alors que le soleil se levait, mais il n'eut pas de réponses. La panique fut la première à s'emparer de lui, lui murmurant les pires scénarios possibles. Peut-être que lui aussi était parti pour... ''cette ville où il aurait une vie pleine de bonheur et où tout serait possible'', le laissant derrière. Son premier réflexe fut donc d'aller aux différents hôpitaux de la ville, s'assurant que son petit ami n'y avait pas été admis.

Il continuait de l'appeler et de le bombarder de messages. Au final, il se retrouva au milieu de nul part, immobilisé par une crise de panique intense. Ki-Ha ne répondait pas non plus, mais il était occupé, il avait un truc important ce jour-là. Ce fut Li Ming qui vint le retrouver et le ramena chez lui. La danseuse fit de son mieux pour le calmer, le raisonner et le rassurer. Cela dit, les jours passèrent... devenant des semaines, puis des mois... Aucune nouvelle de son amoureux, aucun signe de vie. Il aurait bien essayé de demander aux jumeaux, aînés de son petit ami, mais il n'avait pas leur numéro et ne savait pas comment les contacter. La panique grandissait toujours en lui, il surveillait tristement les annonces de décès, craignant toujours d'y lire le nom « Yi Han Sol ». Sammy continuait de lui envoyer des messages, désespéramment, de tenter de l'appeler... Il avait bien évidemment demandé à changer de partenaire pour les duos, demandant à danser avec Li Ming plutôt que Dong-Yul. Il ne voulut pas expliquer pourquoi, pour ne pas mettre de malaise dans la troupe. Dong-Yul ne le prit pas bien, venant lui demander pourquoi il faisait quelque chose d'aussi extrême. N'étaient-ils pas des amis proches, malgré tout? Tout était mis à la poubelle pour une petite erreur ? Pour Samran, ce n'était pas qu'une petite erreur et il ne voulait pas lui faire de mal en lui donnant de faux espoir. Il avait besoin de s'éloigner de lui, le temps que Dong-Yul n'oublie ses sentiments pour lui parce qu'ils ne seraient jamais réciproques. L'adolescent n'aimait qu'une seule personne, même si cette personne avait disparu, lui faisant vivre ses pires peurs. Il n'arrivait pas à se concentrer à l'école et faisait de son mieux pour s'abandonner complètement à la musique, lorsqu'il dansait, tentant de se déconnecter de tout ce qu'il vivait. Il perdit énormément de poids, n'arrivant plus à manger. Son teint devint livide, les heures de sommeil devenant de plus en plus réduites. Il passait le plus clair de son temps à s'épuiser en dansant pour engourdir son corps, engourdir ses sentiments, ne pas laisser la panique le ronger jusqu'à la moelle... Il fit des malaises à quelques reprises, mais ne changeait rien pour autant, une fois remis sur pieds. Samran souffrait toujours autant, au fond, et tant qu'il souffrait ainsi, il n'arrivait à rien, aveuglé par ses douleurs.

Sumalee s'inquiétait pour lui, mais il n'y avait rien à faire... Samran sentit les inquiétudes et les peurs étouffantes s'envoler lorsqu'il posa les yeux sur Han Sol, après tous ces mois à se torturer. Un sourire illumina son visage et il ne réfléchit pas, se jetant littéralement sur lui pour le serrer dans ses bras. Il pleurait et lui admettait qu'il avait eu si peur... Le pauvre naïf, il lui fallut quelques secondes pour comprendre que quelque chose clochait. Il s'en sépara et ce n'est qu'alors qu'il comprit que son petit ami... n'était plus son petit ami. Il était apparemment avec quelqu'un d'autre. Samran essuya ses larmes et s'excusa. Il força un sourire, alors qu'il sentait pourtant son cœur se briser en mille miettes. Ah... c'était donc ça... Han Sol l'avait remplacé depuis tout ce temps, mais n'avait pas eu le courage de le lui dire... Certes, ça aurait été douloureux... mais... moins traumatisant que de le croire mort ou de penser avoir été abandonné et laissé derrière à nouveau... Sammy se sentit incroyablement stupide, se demandant si son petit ami ne lui avait pas caché autres choses... s'il n'avait pas été avec une autre personne, pendant qu'il était avec lui aussi... L'avait-il aimé ? Ou il avait simplement apprécié jouer avec un jeune étranger ? Samran lui avait tout dit, son histoire, ses plus grandes peurs, même les inavouables... et Han Sol lui avait tout fait vivre, en sachant. L'adolescent s'excusa pour son intrusion et répéta qu'il était content de le savoir en vie, avant de tourner les talons.

Une fois de plus, il se réfugia auprès de ses meilleurs amis... Dong-Yul, toujours là, avait d'ailleurs été témoin de la scène. Il n'est pas étonnant qu'il tenta d'en profiter, disant à l'objet de son obsession que s'il l'avait choisi, il n'aurait jamais souffert ainsi. Sammy ne l'écoutait cependant pas, il ne le voyait pas du tout sous cet aspect et n'y arriverait pas. Il reprit sa vie du mieux qu'il le pouvait, recommençant à manger normalement, quelques mois plus tard. Dormir restait toujours une question délicate, mais ça, c'était le cas depuis des années déjà. Samran devint tranquillement celui qu'il est aujourd'hui, se donnant à fond dans ses études pour décrocher des bourses, puisque sa tante n'était pas très riche. Quand il n'était pas en train d'étudier, il était en train de s'entraîner ou danser. Il sortait un peu avec ses amis, tentant d'avoir une vie normale, de profiter d'être conscient, justement. Il accepta sans trop réfléchir, lorsqu'on lui proposa d'être modèle pour des cours d'arts, n'y voyant aucun mal. Dong-Yul lui fit d'ailleurs une crise de jalousie, mais Samran lui rappela qu'il n'avait absolument rien à dire sur comment il disposait de sa personne. Peu après, il emménageait avec Li Ming, laissant Sumalee vivre tranquille avec son nouveau petit ami. Dong-Yul emménagea d'ailleurs dans l'immeuble en face... au même étage qu'eux... donc, leurs fenêtres sont face à face. Samran et Li Ming peuvent très bien voir ce qui se passe dans le salon de leur collègue, mais l'inverse est vrai aussi. Le thaïlandais n'a pas vraiment relevé, se disant que c'est une coïncidence... mais il a tout de même investi dans des rideaux bien opaques pour quand il a envie de tranquillité. Sammy est parfois trop naïf pour son propre bien...
❁Codage par Fayrianna pour Virtually Important Person (V.I.P)


Dernière édition par Piyada Samran le Dim 12 Aoû - 17:24, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t160-piyada-samran-if-you-


avatar
I am
Messages : 38
Followers : 292
Date d'inscription : 02/08/2018
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Enfermée à double tour chez elle.
Emploi/études : Illustratrice.


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 17:54

Rebienvenue !
Curieuse de voir ce perso' !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t75-choi-yu-na-on-dirait-p


avatar
I am
Messages : 222
Followers : 508
Date d'inscription : 02/08/2018
Age : 22
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Banpo
Emploi/études : kinésithérapeute


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 19:46

rebienvenu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t76-bakh-hae-seong-le-peti


avatar
I am
Messages : 288
Followers : 667
Date d'inscription : 02/08/2018
Age : 23
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Gangnam (강남)
Emploi/études : Infirmière / Youtubeuse


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 19:54

Re-re-bienvenue!

Même si tu m'en a fais un court résumé j'ai hâte de lire le résultat!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t82-im-bora-the-queen-make


avatar
I am
Messages : 120
Followers : 233
Date d'inscription : 02/08/2018
Quartier où se trouve ma boîte en carton : Jongno
Emploi/études : Au chômage, YouTuber faisant des cover et des vlogs et Ulzzang sur Instagram


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 5 Aoû - 21:58

Rerebienvenue
avec ce merveilleux personnage, hâte de créer des cacahuètes avec celui-ci x)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com/t69-yi-han-sol-the-eyes-ar

Fondatrice adorée

avatar
I am
Messages : 377
Followers : 399
Date d'inscription : 19/06/2018


MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   Dim 12 Aoû - 17:48


Toutes mes félicitations tu es validé.

Tout d’abord, je te félicite d’avoir terminé ta fiche et c’est avec un immense plaisir que je t’annonce que tu es officiellement membre de Virtually Important Person !!

Maintenant, je t’invite à aller ajouter ton personnage aux bottins du RPG :
- Bottin des avatars
- Répertoire des habitations
- Répertoire des métiers, si tu travailles ~
- Répertoire des études, si tu étudies ~

Mais aussi d’aller remplir une fiche de liens (ICI) et une fiche récapitulative de tes RP (LA) pour t’y retrouver plus facilement.

Avant tout, je te souhaite de t’amuser parmi nous. Et de passer un agréable moment en notre compagnie que ce soit en RP ou sur la Chatbox, si tu veux venir papoter avec nous.

Your Queen
❁Codage par Fayrianna pour Virtually Important Person (V.I.P)

_________________

☽☽ I am the one who rules this motherfucking world... I can be nice... or I can be a bitch ♥️ Let's try to have a nice relationship so everyone is happy ♥️

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://touch-my-cookie.forumactif.com


I am
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast   

Revenir en haut Aller en bas
 
Piyada Samran || If you call me, I'm gonna come so fast
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les Call Signs de tous les bâtiments de la ZM-FN
» [ DIVERS - LES FLOTILLES ET ESCADRILLES ] Mission en Ecosse avec V.F.
» Swatch Urban Decay
» Shop MAC / Cook Mac
» Amethyst || Juliette, Juliette ? Tageule Roméo, Juliette elle joue à Call of Duty

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Virtually Important Person :: Bienvenue sur VIP :: S'enregistrer sur VIP :: Fiches de présentations validées-
Sauter vers: